C'est ce qu'annonce Ronan Laborde, président de l'Union des grands crus, l'instance organisatrice de l'événement : "La Semaine des Primeurs est suspendue. Nous travaillons à l’élaboration de solutions qui nous permettront de faire déguster le millésime 2019 à une date ultérieure".

Difficultés à l'export

Un vote interprété comme un entêtement par certaines propriétés de premier plan. Château Palmer avait ainsi annoncé à La RVF renoncer à participer à la semaine des Primeurs, qui rassemble habituellement près de 5.000 professionnels du vin (cavistes, négociants, courtiers, restaurateurs, journalistes...) venus déguster et évaluer le dernier millésime vendangé.

L'UGCB et ses 134 membres, ainsi que tous les acteurs de la filière bordelaise réfléchissent désormais aux différentes options qui leur permettront de présenter le millésime 2019 aux acheteurs et prescripteurs du monde entier.

La suspension des Primeurs est une mauvaise nouvelle pour le vignoble de Bordeaux, déjà durement touché par des difficultés à l'export, notamment sur les marchés américain (taxes Trump), britannique (Brexit) et chinois (coronavirus et tensions avec Hong Kong).